Six jours à Istanbul, c'est si peu pour visiter tous ces trésors d'architecture et d'histoire, mais c'est suffisant pour se rendre compte que c'est une ville attachante où l'on aurait envie de revenir...

Nous n'avions pas prévu cette semaine à Istanbul, si nos amis de l'Ain n'avaient pas reporté leur voyage programmé depuis déjà plusieurs mois. Lors de notre visite début mars, nous en avons parlé, et avons décidé de les y rejoindre, après avoir trouvé sur internet, un vol et une chambre d'hôtel compatibles avec nos finances.

Donc nous avons pris l'avion à l'Euroairport de Mulhouse-Bâle lundi 8 avril, pour un vol de moins de 3 heures. L'arrivée à Istanbul, porte de l'Orient, est assez impressionnante, quand on survole cette mégalopole qui compte près de 15 millions d'habitants ! A l'aéroport, après une demi-heure de queue au contrôle des passeports, nous avons retrouvé le chauffeur de notre hôtel, qui nous a conduits en ville sous la pluie. Nous sommes arrivés à la nuit tombée, et Marie-Christine, Daniel et Geneviève, qui logaient dans une rue voisine, nous attendaient devant notre hôtel, où nous avons décidé de dîner ensemble, vue l'heure tardive. La chambre est petite mais confortable, par contre les murs doivent être fins: nous avons eu droit à la sonorisation des ébats sexuels des occupants de la chambre voisine... L 'appel du muezzin de la Mosquée Bleue toute proche a marqué la fin des réjouissances.

Mardi 9 avril.

C'est également l'appel à la prière repris d'un minaret à l'autre, qui nous réveille à 5h30 du matin, suivi des bruits de la rue, les appels des marchands ambulants de fruits et légumes, de balais, le rémouleur, le ramasseur de ferraille, et les bus de touristes qui remontent la rue Küçük Ayasofya pavée...

IMG_9852

 

                    Depuis la terrasse au dessus de l'hôtel, où nous prenons le petit déjeuner, on voit la mer de Marmara au sud,

IMG_9855

                   ... et la Mosquée Bleue (Sultanahmet Camii) avec ses 6 minarets au nord, et au premier plan les rajouts en construction sur les toits des maisons.C'est une constante à Istanbul, les bâtiments sont à tous les stades de constructions, de rénovation ou de dégradations, et certains sont même dangereux pour les piétons qui passent en dessous!...

Il fait couvert ( les photos sont du lendemein...) et l'on distingue à peine au loin, au delà de la Corne d'Or, l'embouchure du Bosphore où de nombreux bateaux attendent l'autorisation de s'engager. Les goélands (mouettes) et les corbeaux turcs au corps gris-beige font la sarabande sur les toits des constructions anarchiques en plus ou moins bon état. Les tourterelles, sont plus petites que celles de chez nous, qu'on appelle pourtant tourterelles turques (?) sont presque blanches. Fabienne essaye quelques fruits, salades, fromages, hoummous, olives, œufs durs, tapenade, et autres délicatesses proposées sur le buffet, mais je préfère me contenter de tartines beurre et confiture. Le café est en poudre et le thé très amer... Nous retrouvons nos amis en bas de la rue, et nous partons sous une petite pluie fine vers l'esplanade que forment les vestiges de l'ancien hippodrome...

IMG_9751

IMG_9752

 

IMG_9775                                         

                             ... encadrés par des parterres de tulipes, que nous retrouverons un peu partout dans la ville et les monuments.Tous les parterres sont minucieusement entretenus, et même dans les rues, nous croisons des brigades de balayeurs qui ramassent sans cesse les moindres déchets laissés par les gens. Les rues et les trottoirs sont impeccables, et ceux que nous avons vu lâcher discrètement leur mégot ou un mouchoir en papier n'étaient pas des autochtones... Dans cette ville cosmopolite, en pleine évolution,on entend parler toutes les langues, on croise toutes les races, et on voit les traces de toutes les époques. Les immeubles modernes voisinent avec des vieux bâtiments délabrés et vides, d'autres qui ont été reconstruits ou restaurés en tout anarchie. Les façades repeintes, cachent la misère des vieux murs de briques ou de bois, et on imagine le massacre que ferait un nouveau tremblement de terre dans la région... Pourtant les gens ont l'air serein, souriants, aimables, polis,( si,si...), on ne sent pas l'énervement et le stress propres aux grandes villes. 

 

 

 

IMG_9747


Après la visite de la Mosquée Bleue ( Istanbul en compte plus de 3000) où nous devons nous déchausser,

SAM_0669

la cour

SAM_0673

et le dôme...

nous renonçons à prendre la longue file d'attente au guichet de Ste Sophie, pour nous diriger vers le Grand Bazaar. S'étalant sur une trentaine d'hectares, ce marché couvert et clos est accessible par 18 portes et est sillonné par plus de 60 ruelles qui se croisent à angle droit. Même si les échoppes et magasins proposent en majorité des souvenirs et babioles pour touristes à côté de vêtements modernes, cuirs, chaussures, bijoux, épices et sucreries, l'ambiance fait imaginer un marché oriental où se mêlent touristes et autochtones.

IMG_9759

La porte principale du Grand Bazar

IMG_9761

et la rue principale. Les rues latérales sont beaucoup plus étroites et encombrées, à cause des échopes de souvenirs et autres babioles orientales.

IMG_9823

Un kiosque de repos pour le sultan, qui abrite à présent une bijouterie.

La pluie a cessé, et après un casse-croûte dans une gargote locale, nous visitons, un peu en contrebas de la 2e colline de Constantinople, le mausolée tout en marbre blanc, du sultan Mahmmoud II, où sont enterrés plusieurs sultans et membres de sa dynastie.

IMG_9764

En se baladant dans les parcs du quartier Sultanahmet, nous découvrons que des ribambelles de chats vivent de la bonté des habitants. Ils divaguent entre les piétons et les voitures, traversent les rues sans s'occuper du tumulte alentour, et se prélassent sous les arbustes, sur les parterres des squares, où dans les recoins des bâtiments et des ruines. Il paraît que le prophète Mahomet se serait endormi sous un arbre, et qu'un chat se serait couché sur le coin de son manteau. A l'heure de la prière, pour ne pas le déranger, il aurait déchiré un pan de son habit pour ne pas le déranger en se levant...

IMG_9793

 

SAM_0735


Ils vont même jusqu'à squater les devantures des magasins.

Le tourisme fait vivre beaucoup de petits métiers de la rue, le marchand de marrons et maïs grillés, le vendeur de guides, de porte-monnaies, de foulards, de mouchoirs, de parapluies, le cireur de chaussures...

IMG_9800

Mercredi 10 avril.

Il fait grand soleil ce matin. La queue devant les guichets de Ste Sophie ( du grec Hagía Sophía, qui signifie « sainte Sagesse ») est moins longue qu'hier, nous décidons d'y aller. Au bout d'une demi-heure nous entrons dans cette ancienne église chrétienne de Constantinople du VI ème siècle, devenue une mosquée au XV ème siècle sous l'impulsion du sultan Mehmet II, puis transformée en musée en 1935.

SAM_0691

En attendant dans la file pour Ste Sophie, un clin d'oeil à mon ancien métier...

IMG_9776

Depuis sa construction au IVème siècle, Ste Sophie a été agrandie et reconstruite en partie par les romains, puis consolidée par les ottomans, après des tremblements de terre et des incendies, et les restaurations continuent à ce jour. Sainte-Sophie est l'un des plus grands exemples de l'architecture byzantine et sa décoration intérieure, ses mosaïques, ses colonnes de porphyre et sa couverture en coupole n'ont rien à envier aux plus belles cathédrales. La montée à pied à la galerie, donne un bel aperçu de l'ensemble de la nef, toujours en couts de restauration.

IMG_9781

IMG_9782

La nef vue depuis la galerie moyenne, avec les échaffaudages encore montés sur la gauche.

Nous suivons la foule des touristes de toutes nationalités, le long des allées et des parcs qui mènent au palais de Topkapi. Avec son enceinte de près de 5 km de long, il couvre une superficie de 65 ha. Comme Ste Sophie, il a été transformé en musée par Atatürk en 1923. Au fil des cours et des jardins qui se succèdent, nous suivons les files d'attente pour entrer dans les différents bâtiments qui abritent les collections les plus importantes au monde, sans parler du fameux trésor.

IMG_9786

IMG_9790

La Corne d'Or vue d'une des terrasses de Topkapi.

 

Pour l'après-midi, nous avions prévu de prendre le pont de Galata qui enjambe la Corne d'Or, et monter par le tram jusqu'à Taksim voir le Musée de l'arméeMehter, où se produit la Fanfare des Janissaires (musique militaire de l'Empire Ottoman). Mais l'équipe ayant déjà pas mal crapahuté ces deux jours passés, nous décidons de retourner à l'hôtel par les parcs, se reposer un peu avant le dîner. Nous retournons au petit restaurant, où nous étions la vielle, et que Marie et Daniel fréquentaient déjà il y 10 ans. Petite promenade digestive sur l'hippodrome, pour admirer les illuminations de la Mosquée Bleue et de Ste Sophie. Retour par le Arasta Bazaar, où un derviche tourneur se produit à la terrasse d'un restaurant.

IMG_9796

Jeudi 11 avril.

Tous les matins, en regardant par la fenêtre de la chambre, je constate que les feuilles du marronnier au bord du trottoir, grandissent doucement. Et tous les matins un homme en pyjama traverse la rue en diagonale pour aller à la boulangerie en face. Hasan, la garçon qui s'occupe du petit déjeuner, nous a pris en sympathie, et nous discutons chaque matin en déjeunant: nous essayons de lui apprendre quelques mots de français, qu'il estropie au moins autant que l'anglais. Comme tous les jours, nous traversons l'hippodrome pour rejoindre l'esplanade entre la Mosquée Bleue et Ste Sophie.

IMG_9749

L'obélisque qui trône sur l'esplanade de l'ancien l'hippodrome.

Nous rencontrons un guide qui a vécu 18 ans à Gérardmer, et qui distribue des prospectus pour faire le tour du Bosphore en bateau. En haut de la place Sultanahmet, nous visitons une des nombreuses citernes souterraines d'Istanbul. Construite en 532, la citerne basilique ( Yerebatan sarnici), compte 336 colonnes à chapiteaux corinthiens. Plusieurs classes d'enfants entrent derrière nous et leurs cris résonnent sous les voûtes de briques.

SAM_0721

SAM_0725

Une des deux têtes de méduses,récupérées sur une construction romaine, qui servent de socle aux colonnes de la citerne.

 A 13h, nous retrouvons Mehmett et une vingtaine de personnes, pour faire le tour du Bosphore dans un petit bateau couvert. Ce détroit relie la mer Noire à la mer de Marmara et marque, avec les Dardannelles, la limite méridionale entre les continents asiatique et européen. Il est long de 42 kilomètres pour une largeur de 698 à 3000 mètres.

IMG_9804

                    Après avoir longé le pont de Galata et les restaurants de poissons, nous abordons le Bosphore sous une petite pluie.

IMG_9808

Les remous du confluent des deux mers chahutent un peu le bateau pendant que nous admirons la mosquée de Dolmabahce, avec à l'arrière, le Ritz-Carlton qui jure dans le paysage. En remontant la rive gauche, nous passons devant le palais de Ciragan, la mosquée Mecidiye, le palais de la sultane Naime, l'île Sarkisyan, la forteresse de Roumelie. Nous faisons demi-tour au 2ème pont, pour redescendre le long de la rive gauche : le palais de la sultane Adile, la forteresse d'Anatolie, le palais des Eaux-Douces, Yali des Ostrorog. Un arrêt d'une heure à Beylerbeyi nous permet de marcher un peu et de nous offrir un sandwich. Nous apercevons la synagogue Virano, la mosquée de la sultane-mère, avant de retraverser le Bospĥore

IMG_9818

devant la tour de Léandre, ancien phare byzantin qui gardait autrefois l'entrée du détroit. Nous débarquons au pied du pont de Galata, à Eminönü, et nous remontons vers Sultanahmet à pied par les ruelles qui longent le bazar égyptien et le grand bazar.

 

IMG_9819

Une boutique typique dans le quartier des bazars, avec un bel exemple d'adaptation du français au vocabulaire turc...

(le S cédille se prononce ch...)

Vendredi 12 avril.

Il fait beau, et nous abandonnons les vestes et gilets pour rejoindre la rue Divan Yolu, et la station de tramway. Nous passons le pont de Galata et la place Karaköy, jusqu'au terminus de Kabatas, où nous prenons le funiculaire qui monte à la place Taksim. Cette partie d'Istanbul est plus moderne, avec les grands magasins, les boutiques, magasins de musique, librairies, galeries d'art, cinémas, théâtres, bibliothèques, cafés, pubs, boîtes de nuit avec musique en direct, pâtisseries historiques, chocolateries et restaurants de luxe, et les beaux immeubles du XIXème rénovés (pas tous !...).

IMG_9824

Nous descendons en flânant l'avenue piétonne Istiklal longue de 3 km, parcourue par un antique petit tramway rouge.

IMG_9828

A mi-chemin, la place Galatasaray abrite l’un des meilleurs établissements d’enseignement mis en place en Turquie au moment de l’Empire ottoman, aujourd’hui connu sous le nom de Galatasaray Lisesi, et qui dispense ses couirs en français.

IMG_9831

Des passages couverts partent de chaque côté de l'avenue, où nous passons devant l'église St Antoine, fermée aux visiteurs, et le magasin Koska où nous achetons des loukoums, baklavas et autres douceurs orientales. Midi dans une cafeteria moderne qui fait de la cuisine turque traditionnelle. Dans le quartier historique Karakoy vers la fin de l'avenue en bas de la colline, il est possible de voir la deuxième plus ancienne station de métro du monde, le Tünel qui est entré en service en 1875. Nous reprenons le tram vers Sultanahmet où nous nous offrons un café ou une bière à la terrasse d'un restaurant. Une autre halte sur un banc au soleil, dans le parc de la Mosquée Bleue pour regarder passer les gens... et les chats... Le soir, pour changer, nous allons dîner dans un restaurant chinois du quartier. Des musiciens jouent aux terrases des cafés. On sent qu'il fait meilleur, la rue est animée bien plus tard que d'habitude.

 

Samedi 13 avril.

Nous remontons la rue Divan Yolu jusquà la colonne de Constantin (37 m, faites de 8 tambours de porphyre rose, passablement abîmée et consolidée par des cerclages de fers disgrâcieux... la statue au sommet a disparue depuis longtemps.), et la mosquée Atik Ali à l'arrière,

IMG_9865

pour traverser le grand bazaar en direction de la mosquée de Süleymaniye. Construite au XVI ème siècle sous le règne de Soliman le Magnifique, elle est considérée comme la plus belle des mosquées impériales d’Istanbul.

 

IMG_9866

IMG_9868

SAM_0751

Comme toutes les mosquée, elle comprend une école coranique, un hôpital, un bain public(hammam), un hospice, six collèges de théologie, des soupes populaires, des magasins, et les mausolées du sultan. Depuis les terrasses ouest, on a une vue panoramique sur la Corne d'Or et le pont de Galata où circule un trafic incessant. En attendant ces dames qui font quelques amplettes, nous sommes abordés par un vieux turc qui a travaillé 15 ans chez Peugeot à Sochaux, et est tout content de discuter un moment. Le groupe se sépare, et nous retournons au grand bazaar, puis au bazar égyptien (où il y a très peu d'européens), pour tenter de trouver quelques cadeaux à rapporter aux petits enfants et à quelques amis. Les négociations et les marchandages sont âpres, mais nous ne nous en sortons pas trop mal, au vu des prix pratiqués un peu partout. En rentrant à l'hôtel, nous croisons encore d'autres petits métiers de rue, comme des vieux qui proposent leurs services avec un pèse-personne, des protefaix qui trimbalent toutes sortes de charges sur leur dos, avec une espèce de coussin à bretelles qui leur sert aussi de siège.

SAM_0680

Un livreur d'oeufs a laissé sa brouette au coin d'une rue, mais personne n'a l'idée d'y toucher...

Nous mangeons à la terrasse d'un petit restaurant, en profitant de la prestation des musiciens du restaurant d'à côté. En rentrant par le Arasta bazar, nous discutons avec un réparateur de tapis qui travaille assis sur le trottoir devant son échoppe.

Dimanche 14 avril.

Il fait couvert ce matin, un couple de mouettes commence à faire son nid contre une cheminée sur un toit voisin. Un jeune couple tunisien probablement en voyage de noce, qui déjeune à la table voisine, nous confie qu'ils ont été hier à l'aquarium d'Istanbul. Nous proposons l'idée aux lyonnais- inistes (habitants de l'Ain...), et prenons une nouvelle fois le tram bondé à la station Sultanahmet, pour rejoindre Aksaray où nous prenons le métro. 5 stations plus loin, nous descendons à Kocatepe, pour découvrir le Forum d'Istanbul, situé dans le quartier de Bayrampasa, qui est à la fois la Turquie et le plus grand centre commercial d'Europe. Le Turkuazoo Aquarium, plus grand aquarium d'Europe, est établi sur une superficie de 8.000 mètres carrés. L'entrée est un peu chère, mais nous ne regrettons pas. SAM_0775

 

Les requins de plus de 2 m, passent au dessus de nous, quand nous trabersons le tunnel sous l'aquarium.

SAM_0864

Un des multiples aquariums regroupant des spécimens de toutes les mers du globe...

En sortant 2 heures plus tard, une petite faim nous conduit au Burger King du coin, pour changer de la cuisine turque. Retour à l'esplanade de Sultanahmet, où nous déambulons parmi les touristes, les marchands ambulants, dont un vendeur de guimauve et un autre de fruits et légumes avec son chariot à bras, et toujours les grilleurs de marrons et maïs.

IMG_9885

Le marchand de guimauve...

IMG_9878

Il est 22h, une boutique de souvenirs ferme sur l'esplanade de l'hippodrome...

Nous retournons au Tarihi Cesme Restaurant pour un dernier repas ensemble. Les filles retournent à l'hôtel, et Daniel et moi faisons un tour dans le quartier de Kumpaki, ancien quartier arménien du temps des ottomans, qui, malgré une négligence totale dans l'entretien des bâtiments, garde beaucoup de témoins du passé : tout le quartier est décoré de nombreuses fontaines monumentales de l'époque ottomane et de plusieurs bains, et à l'extérieur des anciens remparts, le marché aux poissons. Les ruelles piétonnes qui partent en étoile d'un place ronde, sont consacrées aux restaurants de poissons et aux meze, où les cars déversent des flots de touristes venus manger en écoutant les groupes de musiciens qui jouent de terrasses en terrasses, et font danser les demoiselles.

Lundi 15 avril

Ciel gris pour notre départ. Dernières discussions avec Hasan au petit déj, Fabienne lui laisse deux polars 'en français!) qu'elle a lu ici, en lui promettant que, quand il les aura lus, il pourra venir nous les rendre en France. A notre avis, ce n'est pas demain... Les valises prêtes, toute l'équipe de l'hôtel vient sur le trottoir pour nous saluer,...

IMG_9887

Hasan, c'est le rigolo au milieu...

...ce qui confirme l'impression qui s'est imposée à nous depuis quelques jours : la mentalité turque n'a rien à voir avec celle du maghreb. Nous n'avons pas l'impression d'être pris en otages par les vendeurs de toutes sortes, de risquer de se faire arnaquer à tout bout de champ, ni d'avoir ce vague sentiment d'insécurité comme au Maroc l'an dernier. Bien sûr, ici aussi ils essayent d'appâter le touriste, mais les gens ont l'air contents de nous rencontrer, de discuter, et même si ces échanges sont éphémères, on sent qu'ils sont vrais. Nous embarquons dans la voiture du patron qui nous conduit à l'aéroport Atatürk, accompagnés par un jeune maître d'hôtel qui parle un peu anglais. L'airbus A 321 nous dépose à Mulhouse-Bâle à 13h55, par un beau soleil...


Voir aussi l'album-photo de ce blog: "Façades d'Istanbul" et les dernières photos de " Petites curiosités...".

Pour info:

-Abella Hôtel, Küçük Ayasofya Cadessi N° 35

Sultanahmet-ISTANBUL / Türkiye

Tél 90 (212) 638 85 25  web: www.abellahotel.com

 

-Tarihi Cesme Restaurant

 

 Kadirga Liman Cadessi, Istanbul 34400, Turquie
 
Tél: 0090 212 516 35 80  web: info@tarihicesmerestaurant.com

 

-Bosphorus Cruise & Golden Horn (15 €)

départ 13h devant entrée Ste Sophie, retour 16h avec arrêt optionel lunch à Beylerbey

info@thebosfor.com   web: www.thebosforo.com

 

- Loukoums et Tukish Delight chez

KOSKA Mahir Gida Sanayi Ve Ticaret A.S.

Tozparan Mahallesi Metro Sokak N°45

Güngören-ISTANBUL/ Türkiye

(0212)481 54 61  web: www.koskahelvacisi.com.tr