La Grange Burcklé était bien pleine pour le dernier spectacle de la première partie de saison, présenté par la Cie Chickadee de Dole (39), qui venait pour la troisième fois à Masevaux. « Secrète famille » raconte une saga familiale déjantée, où défilent sur le mode burlesque, vingt années de la vie d'une quinzaine de personnages. En fait, l'histoire commence par les événements de mai 68, pour sauter dans les années 80, puis flash-back en 70, puis retour en 88, si bien qu'en y ajoutant la valse des costumes qu'endossent tour à tour les six comédiens, le spectateur s'y perd un peu. Mais la trame n'est qu'un prétexte pour rajeunir toute une série de tubes des époques traversées, arrangés et interprétés avec brio et à plusieurs voix, accompagnés au piano ou à la guitare. Les spectateurs ont ainsi reconnu « Mai Paris mai » de Nougaro, ou la musique du film de Jean Yanne «  Moi y en a vouloir des sous », pour illustrer les manifestations populaires parisiennes. La public a été invité à scander le slogan lancé lors de l'évacuation de la Sorbonne au quartier latins :«  Libérez nos camarades ! ». En parallèle, les conflits de générations familiales étaient illustrés par « A whiter shade of pale » de Procol Harum, «  Sunny » des Beatles, « Mais non, mais non » de Salvador, «  Fais pas ci, fais pas ça » de Dutronc, et « Ma première surprise partie » de Sheila... Plus qu'une tragi-comédie, c'était plutôt une comédie musicale joyeusement loufoque et nostalgique à la fois, qui passait de « YMCA » des Village Peolple et « Kan Ar Kann » de Tri Yann, au « Mistral gagnant » de Renaud ou « toi et moi » de Polnareff. Une soirée réjouissante sentant la bonne humeur communicative, qui s'est terminée sur une ovation attribuée à «  The show must go on » de Queen.

JMR 06/07/16

P1040956

La soeur Hippie et le frère dans l'armée, ça sent la révolution familliale sur fons de Mai 68

P1040969

Tout est bien qui finit bien pour la photo de famille

 

Photos 969 et 956