Anne Ehret et Daniel Herrmann, apiculteurs attentifs, passionnés et passionnants

Après l'installation du couple à Bourbach-le-Haut en 2009, Anne Ehret a pu bénéficier de la retraite d'agent de la fonction publique territoriale, après 15 ans de service et trois enfants. Passionnée de potager, de fleurs, de nature, et depuis longtemps intéressée et intriguée par l'apiculture, elle a profité de son nouveau temps libre pour satisfaire sa curiosité en suivant une formation théorique. Grâce à une subvention du conseil général, elle a pu démarrer une ruche pour comprendre en pratique « comment ça marche »... Rapidement son compagnon Daniel Herrmann s'est pris au jeu, et ils ont petit-à-petit augmenté le cheptel pour arriver aujourd'hui à un parc de dix à quinze ruches en moyenne. « Ce n'est pas le rendement qui nous intéresse en premier, confie Anne. La production est toujours aléatoire et fluctuante, en fonction de la météo et des années : par exemple la même ruche peut produire 60 kg une année, et seulement 10kg l'année suivante. La gestion attentive et minutieuse d'un élevage exige un travail précis au quotidien. ». «  C'est comme n'importe quel autre animal, précise Daniel qui a gardé une occupation de mécanicien à mi-temps, il faut s'en occuper tous les jours, l'apiculteur vit au rythme des abeilles et des miellées. Nous voulons travailler dans une optique où l'on peut encore gérer l'élevage... ». Effectivement, la production varie avec les secteurs : à Bourbach-le-Haut la saison commence par les fleurs de montagne, puis l'acacias, le miel de forêt en août (ronces, mûres, châtaignier, églantine...), pour terminer par le sapin quand la saison est bonne. Intarissables sur le sujet, Anne et Daniel veulent aller plus loin que la production basique. Leur passion les a amenés à privilégier la sélection d'un cheptel à partir d'une race d'origine autrichienne : la « Carnica Sklenar », pour avoir des abeilles douces adaptées au climat local. Et pour limiter l'essaimage qui affaibli les ruches, ils se sont lancés dans l'élevage de reines. La production pour la vente n'étant pas leur but premier, les apiculteurs bourbachois produisent en moyenne, bon an mal an, 200kg de miel d'acacias, fleur, forêt, montagne, tilleul et sapin. Leur première satisfaction est d'en distribuer à leur famille, pour vendre le reste en vente directe. Enfin, le couple perfectionne ses connaissances régulièrement auprès d'autres apiculteurs, notamment comme bénévoles à l'Ecomusée d'Alsace, où ils ont été entraînés en 2012 par le président de la corporation Alain Ruetsch. Ils font également partie du syndicat des apiculteurs de la vallée de la Doller à Masevaux-Niederbruck.

Anne Ehret et Daniel Herrmann, apiculteurs- 11B route de Bourbach-le-Bas à Bourbach-le-Haut<br />tél 03 69 19 41 79 ou dherrmann@estvideo.fr

JMR 12/08/16

P1050201