Depuis 32 ans, la chorale Sainte-Cécile de Gildwiller organise une après-midi chantant dans son église Notre-Dame, et quinze jours après, elle la propose à nouveau dans une autre église du département dédiée à la Vierge. Comme le précisait en introduction le président Alain Schnoebelen, le but est d'abord de partager un moment convivial avec les auditeurs, qui sont invités à chanter avec les choristes. Dimanche c'était au tour du conseil de fabrique de la paroisse de Sewen, d'accueillir la vingtaine de choristes accompagnée par cinq musiciens, qui ont ravi quelques 80 personnes. Le soleil qui filtrait à travers les vitraux, avait probablement invité les habitants de la vallée à la promenade dominicale, de même que la séance du théatre alsacien donnée à la salle polyvalente, plutôt que de venir à l'église. Mais le public présent a beaucoup apprécié la prestation, dont la première partie était constituée de chants religieux, à commencer par un salut à la Vierge qui a tout de suite donné la qualité et le bon niveau des choristes : les voix féminines et limpides se sont élevées sous la voûte du choeur, soutenues par les voix des six hommes de la troupe, dirigée par Laurent Schnoebelen. Huit morceaux qui ont donné l'occasion de plusieurs soli de qualité et un Ave Maria du 17ème siècle par le choeur des hommes a capella. La deuxième partie comportait des chants profanes, dont deux negro spirituals », Je vole » de Sardou, deux musiques de films « Caresse sur l'océan » (Les Choristes) et l' »Hymne des fraternisés » ( Joyeux Noël  dans les tranchées), «  On écrit sur les murs » de Demis Roussos repris par les Kids United, et l'incontournable « Hallelujah » du regretté Léonard Cohen. Selon les titres, les chanteurs étaient accompagnés au piano, à l'orgue, la guitare, le violon et la batterie. Le dernier morceau était une prière du soir à Marie très applaudie, suivie par deux rappels. La corbeille qui a circulé à la pause a contribué à la rénovation du retable de l'église.

JMR 21/02/17

P1060209