Comme beaucoup de secteurs des Vosges, la vallée de la Doller est infestée de sangliers qui occasionnent de nombreux dégâts dans les terrains des exploitations agricoles. A Dolleren, la ferme du Holschlag est victime chaque année de ce fléau. «  Après le passage des sangliers l'automne dernier, j'avais déclaré le préjudice au Fonds départemental d'Indemnisation des Dégâts de Sangliers du Haut-Rhin, raconte Roger Trommenschlager, puis j'ai remis les prés en état mécaniquement en passant le broyeur. L'hiver a été calme grâce aux battues, mais depuis la mi-avril, les hardes sont revenues, on voit passer une laie et ses marcassins même en plein jour !... ». Actuellement, au total plus d'un hectare de prés est dévasté, et il est devenu impossible d'y circuler avec un tracteur, sous peine de déraper dans la pente. L'exploitant a bien essayé de remettre les mottes en place à la main à la façon d'un puzzle géant, mais c'est épuisant et il doute que l'herbe reprenne correctement cette année. Déjà la sécheresse des deux derniers étés a réduit la récolte de foin, et comme il a fallu fourrager dès la mi-août, les stocks sont à zéro. De plus, la bio-diversité prairiale est remise en question, : à force d'être retournés, les prés ne produisent bientôt plus que des plantes indésirables au détriment de l'herbe. «  On ne tient pas à faire des histoire, poursuit Roger, mais il semble que la chasse est devenue inefficace et la population de sangliers trop importante. On se demande si les chasseurs ne seraient pas un peu débordés. Au début j'étais en colère, mais maintenant les bras m'en tombent de découragement... ». Vendredi le maire Jean-Marie Ehret est monté à la ferme Holschlag pour constater les dégâts, et prendre des photos pour en informer l'adjudicataire de la chasse .

JMR 07/05/17

P1060683