Les bénévoles du Club Vosgien section de Masevaux entretiennent à longueur d'année, près de 320 km de sentiers qui les ont occupés environ 1500 heures en 2016, depuis Sentheim, en remontant les vallées de la Doller et du Bourbach. Depuis les années 80, les VVT ont commencé à circuler sur ces sentiers, et leur nombre est en augmentation fulgurante ces dernières années, à tel point qu'on a compté jusqu'à 100 cycles certains jours au Fuchsfeld à Wegscheid. «Le tourisme familial a peu d'impact sur les sentiers, exposait le vice-président Jean Koell. Le souci vient de l'usage intensif de la descente à VVT, d'abord par les sportifs qui montent à vélo pour profiter d'une belle descente, mais surtout par ceux qui montent en véhicules et redescendent à fond de train à la recherche de sensations fortes, sans même profiter du paysage! Ils creusent des sillons que la première pluie transforme en caniveaux... ». Déjà plusieurs membres fervents parrains de sentiers, qui participent aux journées de travail depuis des années, ont démissionné à cause d'altercations avec des vététistes. Ils sentent leur mission de préservation de patrimoine environnemental, bafouée par ces pratiques. Le Club Vosgien qui n'est propriétaire que des panneaux de signalisation, ne veut ni ne peut empêcher la pratique du VTT, mais souhaite que ses adhérents soient conscients de la dégradation qu'ils occasionnent aux sentiers, et en assument les conséquences. « Il n'est pas question de polémiquer, précisait l'inspecteur des sentiers Claude Ruthmann, lors de la rencontre de samedi dernier sur les hauteurs de Masevaux. Mais nous en avons marre de travailler pour d'autres qui profitent. Nous aimerions que les communes nous suivent avec des arrêtés de réglementation comme cela se fait dans les pays limitrophes. Nous ne demandons pas la répression, mais juste le soutien des collectivités locales pour le respect de ce qui existe... ». Dans la charte proposée en 2015 sur le Pays Thur-Doller, le « code de bonne conduite » proposé par le CVM, vise à concilier la pratique du VTT, avec la convivialité, et la sécurité. Il rappelle que «...Tous les itinéraires balisés par le Club Vosgien ont une autorisation de passage uniquement à vocation pédestre... », que «  le VTT est considéré comme un véhicule dont les pratiquants doivent se con former aux codes de la route, forestier et des collectivités territoriales, qui interdisent la pratique du VTT sur certains itinéraire... ». « La montagne n'est pas un stade, concluait Jean Koell . Le réseau de sentiers balisés est un vrai attrait touristique pour la vallée et les fermes-auberges. Si ça continue comme ça nous arrêterons à regret l'entretenir et le balisage, et à terme les sentiers se refermeront d'eux-mêmes en quelques années. Il ne restera plus rien pour personne... ».

JMR 18/05/17

P1060730

François Wisniewski ( secrétaire), Claude Ruthmann et Jean Koell, lors de la rencontre samedi dernier, devant le nouveau installé au Doppelfels