Près d’une quarantaine de personnes se sont retrouvées autour d'Elisabeth Halna au café de la Couronne de Masevaux-Niederbruck, mardi soir, pour le dernier café littéraire de la saison. Médecin gériatre, elle a présenté ses nouvelles « la Maison des vieux » aux Ed bf. 54 fragments de vie dans un EHPAD. Des extraits ont été lus, l'auditoire s'est mis au même diapason, et une qualité d’échange s’est établie malgré le bruit de fond du café... Par son écriture simple, sans effet de manche, un brin poétique, elle emmène les lecteurs au bord d’un silence… muet de peur sur le seuil d’une maison de retraite. Elle brise la conspiration, pose des mots, des esquisses, des petites chansons pour soigner et lutter contre le dénigrement de ces lieux et de ceux qui y travaillent. Elle écrit pour ne pas oublier et garder une trace de cette vie, de sa beauté aussi. « La littérature aide à réparer, ajoute-t-elle. ». Dans son autre ouvrage, « Tout bagage abandonné » aux Ed bf, là, il s’agit de ses souvenirs d’enfance et de jeunesse en Côte d’Ivoire au début de l’indépendance. Elle se trouve aussi sur une ligne de failles … tiraillée comme blanche parmi les noirs, un carnet de vie et transmission. La rencontre s'est terminée par un temps de dédicace et d’échange plus personnel. Quelques volumes sont encore disponibles à la Maison de la Presse.

JMR 20/05/18

P1090236