Retraités de 69 ans, Nicole et Paul Lizala de Masevaux, ont toujours eu la bougeotte. D'abord avec leurs enfants en randonnée dans les montagnes de France, puis dans le monde entier à la découverte de contrées peu fréquentées.

P1100003

 Dès le début de leur mariage en 1971, les époux Lizala se sont découvert une passion commune pour l'observation de la nature, les paysages insolites et préservés de la civilisation, et la photographie. Depuis leur retraite il y a une quinzaine d'années, ce virus s'est amplifié et les destinations sont devenues plus exotiques et plus lointaines, probablement à cause du gêne DRD4-7r dit « de l'aventure » dont il doivent être porteurs: une trentaine de voyages les ont conduits à parcourir les cinq continents, où ils se déplacent en 4X4 cellule, à moto, en pirogue ou à pied. Fuyant le tourisme de masse, ils préparent minutieusement leurs expéditions grâce à internet et des petites agences d'éco-tourisme, ce qui permet de très belles rencontres et des expériences uniques. Nicole et Paul conservent une centaine de photos sur les 3 à 4000 qu'ils prennent à chaque voyage. Elles sont consultables sur leur page facebook : paul raymond lizala.

Népal Annapurna- 2009-22009 Népal- Annapurna: Nicole joue avec des enfants qui lui montrent des pierres

 

-Vous devez avoir quelques anecdotes inattendues à raconter ?

Les périples hors confort moderne entraînent parfois des situations cocasses, se rappelle Nicole : par exemple dans la jungle amazonienne, je vérifiais chaque matin en sortant de mon hamac, si mes chaussures n'étaient pas devenues pendant la nuit, le nid douillet d'une grosse mygale. Dans le désert du Kalahari en Namibie, le 4X4 poussif est tombé en panne, ce qui a obligé à un bivouac improvisé au milieu de nulle part. Agréablement surpris par la générosité du guide-chauffeur qui nous a proposé sa tente alors qu'il se sacrifiait pour dormir dans le véhicule, nous n'avons pas été intrigués quand il nous a fortement déconseillé de sortir de la tente au cours de la nuit, en nous donnant une grosse boîte de conserve «  pour les petits besoins, à cause des bêtes... ». Effectivement, le lendemain matin nous avons eu la surprise de découvrir des traces de lions tout autour du campement... Au Népal, poursuit Paul, nos provisions ont été mises à sac par de gros rongeurs, et les sherpas qui dormaient à côté, n'ont rien remarqué... De même au Guatemala, le guide local a accepté un généreux pourboire pour nous emmener au plus près de la coulée de lave du volcan Fuego, en activité intermittente. Le retour a du se faire au pas de course, le cratère commençant à cracher de grosses volutes de fumée...

Inde- frontière chinoise 20132013 en Inde, à la frontière chinoise

-Dans quel pays auriez-vous aimé vivre ?

En Alsace bien sûr ! Mais le pays qui nous a le plus marqué est sans hésitation le Népal. Pendant un mois de trek avec un couple d'amis et 17 sherpas, nous avons fait le tour du massif des six Annapurna dans l'Himalaya. Nous avons rêvé tous les jours devant les paysages, la lumière, les villages authentiques, les habitants très accueillants. Le retour à la civilisation a nécessité une semaine de réadaptation pour descendre de notre nuage ! La Nouvelle-Zélande est également un pays magnifique.

Afrique du sud- Cap Bonne Espérance 2015

2015 Afrique du Sud, au Cap de Bonne Espérance

-Avez-vous remarqué des évolutions dans ces pays au cours des dernières années ?

Les régions que nous avons parcourues perdent progressivement leur authenticité car ce genre de voyages se développe et se popularise de plus en plus. La modernité les envahit rapidement et le portable transforme radicalement les sociétés. Par exemple, quand nous arrivons dans un petit village isolé du Vénézuéla ou même à Madagascar, ce n'est plus nous qui prenons des photos, mais les ados avec leurs smartphones !

Mais notre gros coup de gueule porte sur la pollution, insiste Paul : Nous avons navigué au milieu d' une vrai poubelle dans la baie d'Halong au Vietnam, parmi les bouteilles plastique, emballages en polystyrène et autres déchets, nous avons même vu passer un canapé flottant... Une plage en mer de Barents au nord de la Norvège, maintenant dégelée début juin à cause du réchauffement climatique, est jonchée d'emballages plastiques de toutes sortes, de cordages nylon, et autres caisses. Nous avons même repêché une lunette de WC lors d'une plongée dans une anse paradisiaque au Costa Rica, et des détritus variés sur une plage de l'archipel malgache des Radama dans le canal du Mozambique. Mais le plus inquiétant est que nous avons constaté, en tant que photographes animaliers, la diminution galopante de certaines espèces vivantes, tant en Europe que dans d'autres pays. Les oiseaux et insectes se raréfient : par exemple il y a encore cinq ans dans la forêt du Ried près de Sélestat, on voyait presque sur chaque arbre un grimpereau ou une sittelle. Lors de notre dernière sortie ornitho au printemps dernier, nous sommes rentrés bredouilles ! Le mois dernier, après un périple de 3500 km en France, nous n'avons pas eu besoin de nettoyer notre par-brise... D'autre part, la criminalité engendrant une insécurité grandissante, a beaucoup progressé notamment dans les grandes villes d'Amérique du sud, d'Afrique et à Madagascar, où il est déconseillé de sortir le soir...

Nouvelle Zélande 2016

2016 Trek en Nouvelle Zélande

-Quels sont vos projets ?

Nous avons prévu de partir prochainement en Equateur pour un circuit moto en Royal Enfield, une marque anglaise des années 50 reprise par un fabricant indien, qui fait concurrence à la Harley-Davidson. Nous retournerons aussi sur la côte Est de Madagascar, pour naviguer sur le fleuve Manambolo. Nous avons la chance d'être en bonne santé et en sommes bien conscients, les voyages sont notre façon de profiter des années qui nous restent à vivre, tant que ce sera possible.

Réveil jungle amazonnienne 2016

2016: Réveil dans une cabane de la jungle amazonienne

Vietnam nord-2017-1

Vietnam nord-2017-2

2017 Vietnam Nord: Hébergement rudimentaire chez l'habitant

JMR 21/08/18