En février 2018, le décès de Roger Gaugler, a laissé vide le siège de président local du Souvenir Français. Son successeur Antoine Ehret, a été élu lors de l'assemblée générale du 13 décembre dernier.

 En ouverture de l'assemblée générale du comité local du Souvenir Français qui a eu lieu le 13 décembre dernier à Masevaux, le délégué départemental Jean Klinkert a relaté le parcours et le décès de Roger Gaugler, et a demandé à l'assistance d'observer une minute de silence. Président cantonal du Souvenir Français à Masevaux depuis 1991, Roger Gaugler a été nommé délégué général pour le département en 2003. Lors de cette assemblée, Antoine Ehret a été nommé pour le remplacer à la présidence du comité local, avec l'aval du siège parisien. Ingénieur ENSEM, directeur Recherche et Développement et Industriel du groupe Clemmesy, ex-président du Club Vosgien local, lieutenant colonel de réserve, ex-commandant en second du 59ème RA, membre de l'EGEE( Entente entre les Générations pour l'Education, l'Emploi et l'Entreprise), deux mandats de conseiller municipal et de délégué communautaire, il a été élu à l'unanimité des membres présents. Après avoir rendu hommage à Elisabeth Ast secrétaire et trésorière du comité local de longue date, décédée peu après Roger Gaugler, le nouveau président a rappelé les missions que s'est données le Souvenir Français : commémorer la mémoire de celles et ceux qui sont morts pour la France ou qui l'ont honorée par de belles actions, en participant à l'entretien des tombes et des monuments élevés à leur gloire, animer la vie commémorative en participant aux cérémonies patriotiques nationales et en organisant des manifestations locales rassemblant les différentes générations autour de leur histoire, porter le flambeau du souvenir aux générations successives en leur transmettant l'amour de la patrie, le sens du devoir et un idéal de liberté, par des rencontres scolaires et des sorties sur sites. Antoine Ehret est secondé dans le nouveau comité élu ce même jour, par William Sansig (secrétaire et trésorier), Louis Lauber (porte-drapeau), Albert Battmann ( 2ème porte-drapeau , matériel et protocole), Bernard Hirth (relations écoles), Emile Ehret (relations collectivités), et les assesseurs Pierre Gebel, Aimé Bellicam et Jacques Dutoit. Rappelons que le Souvenir Français est né en Alsace-Moselle occupées, où la coutume voulait depuis 1870, que les jeunes filles aillent, le jour des morts, fleurir les tombes des soldats. C'est la seule association habilitée à faire une quête dans les cimetières le 1er novembre, pour laquelle Antoine Ehret remercie tous ceux qui se mobilisent, responsables quête dans les communes et les JSP (Jeunes sapeurs-pompiers )...

JMR 11/01/19

P1100865